Philippe Pétain, "Résistances" - 1 (82 mn)

Robert Badinter

Entretiens réalisés en 2009 au cours desquels Robert Badinter évoque :
- Un souvenir odieux, un régime dérisoire et abject
- J’ai vu l’armée allemande défiler dans Paris. Terrible
- Ce culte révérenciel à l’égard de ce vieillard sénile. Un culte inimaginable.
- L’encouragement à l’antisémitisme. Mémoire de la craie sur les murs «mort aux juifs»
- La troisième République a été très xénophobe.
- Une xénophobie partagée à cause de la Crise – prendre le travail des Français…
- « plutôt Hitler que Staline » « plutôt Franco que le Frontécrapular »
- L’illusion commune – les mesures antisémites n’étaient pas demandées par les Allemands.
- Le Régime de Vichy finit en novembre 1942…
- On distinguait le Maréchal de son Régime, un régime de plus en plus infâme.
- Si Pétain avait pris l’avion … l’entreprise de De Gaulle aurait été entravée.
- C’est un homme bizarre. La personnalité de Pétain.
- S’il était mort avant, il aurait été enterré comme un héros.
- L’effondrement de l’armée en 40, la plus forte au monde.
- J’ai vu enfant toute cette armée en débâcle.
- Les Allemands : une armée superbe, des jeunes de 20 ans, un rire de vainqueur.
- Grand-père, protège nous ! Il a été au delà de son mandat constitutionnel.
- On a pas assez compris la beauté du visage de Pétain à cette époque. Il était sacré.
- La politique judiciaire de Vichy, un régime fasciste.
- La rubrique « Juifs » comme la rubrique « immeubles ».
- On a appliqué des lois d’exception – Dans la justice ordinaire, on n’a jamais autant envoyé de gens en prison…
- La justice politique parle de Pétain lui même.
- Le procès de Riom tournait au désastre. Mendès France, Jean Zay, Mandel.
- La barbarie judiciaire, les Sections Spéciales dès 1941. L’attentat de Barbès… les lois rétroactives.
- Le dernier degré de la bassesse judiciaire, de la terreur judiciaire. Les cours martiales de 1944.
- Une parodie dégradante de la Justice, c’est ça le régime de Vichy finissant.
- Ça a créé dans le corps de la justice française un très long malaise.
- Un régime fasciste exactement opposé aux idéaux dans lesquels ils avaient été élevés.
- La Guerre d’Algérie.
- L’antisémitisme de Pétain – les Israélites et les Métèques.
- Stavisky – le Procès de Pétain. - Le silence de Pétain est éloquent.
- L’Étoile, la carte de ravitaillement avec les lettres en rouge : « Juif ».

...

Voir plus

Location 72h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Oser la grève sous l’occupation
Au printemps 1941, deux grèves secouent successivement le bassin liégeois puis le nord de la France.

Oser la grève sous l’occupation

Au printemps 1941, des grèves secouent successivement le bassin liégeois puis le nord de la France. En pleine occupation, près de 200 000 ouvriers et mineurs, poussés à bout par des conditions de vie insoutenables, osent défier l’occupant. Ce mouvement social a eu des conséquences dramatiques mais il reste passé sous silence.

Walter, retour en résistance
Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions

Walter, retour en résistance

Walter Bassan a 82 ans. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. 

Faire quelque chose
À la rencontre de résistants français de la Seconde Guerre mondiale.

Faire quelque chose

À la rencontre de résistants français de la Seconde Guerre mondiale. Le réalisateur recueille la parole de ces nonagénaires saisissants par leur vivacité d’esprit et la force intacte de leurs espérances. Des femmes et des hommes, qui, au début des années 40, étaient parfois plus proches de l’adolescence que de l’âge adulte.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales