Philippe Pétain, "Résistances" - 7 (106 mn)

Stéphane Audoin Rouzeau

Entretien avec Stéphane Audoin Rouzeau, spécialiste de la 1ère guerre mondiale :
- Les origines paysannes de Pétain. Un parcours militaire extrêmement classique. 1870 est une référence capitale : "ça recommence" pour les militaires, un traumatisme capital. La formation d'un homme comme Pétain est ancrée dans la crise de la défaite, une crise d'identité militaire majeure.
- Pétain profite de l'ascenceur social de la troisième république. Pétain, c'est un homme de bordel, un homme à femmes, il trouve dans le bordel une sorte de liberté qu'il ne peut pas trouver dans la façade sociale de l'époque, qu'il doit tenir. Pétain a une façade sociale d'impassibilité - il possède une extraordinaire intelligence militaire, il est l'un des deux capitaines de la 1ère guerre mondiale Il est un des seuls militaires de heur rang français qui comprend ce qui se passe pendant la Première Guerre Mondiale.
- "Le Pétain de 40 a injecté de la victoire dans la défaite". Un réalisme sur ce qui se passait - quelqu'un d'affranchi. Ce qui est intéressant chez Pétain, c'est son pessimisme. Pour moi, ce n'est pas un pessimiste, c'est un réaliste. Cela se voit dans l'année 1915, en mai 15 pour l'Artois, en septembre 15 pour la Champagne. Il comprend et et est le seul à comprendre que la guerre de position ne peut pas l'emporter. Ce qui est nouveau dans la guerre de 14, c'est la fin de la bataille, la bataille disparaît Quand la nuit tombe, la bataille doit être terminée…
- Les textes qu'écrit Pétain après la bataille d'Artois en 1915 sont absolument lucides. A partir de 1917, et du limogeage de Nivelle… En 17 encore, il est très en avance sur la plupart des officiers de son temps. Le haut commandement n'a jamais compris que Pétain avait compris. Il fait partie des gens qui voient - Foch ne voit rien. Sans Pétain, la France était battue entre mars et juillet 18, c'est important de le dire Foch ne veut pas voir, Clemenceau ne voit pas du tout Pétain impose ses solutions très difficilement, ça se voit au moment des mutineries.
- Pétain est sorti de la guerre très sûr de lui - le tournant c'est Verdun à un moment de panique Pétain croit aux chars et aux avions ensemble, à la guerre mécanisée, il fait d'importantes commandes. Dès 15, il se rend compte que l'armée française est sous équipée. Le problème de la Ligne Maginot : elle n'est pas à l'arrivée ce qui était prévu au départ. Pétain est quelqu'un de très sec - aucune emphase c'est très rare ("courage on les aura"!). Pétain voulait continuer la guerre, il souhaitait une énorme rupture du front et entrer en Allemagne. On se dit que cette intuition de Pétain était en fait la meilleure...

...

Voir plus

Location 72h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Le Maréchal et son fantôme
Mais non, "Pétain" n'est pas un gros mot ! Ce film ne cherche pas à faire ou refaire son histoire, mais celle de ses images.

Le Maréchal et son fantôme

Mais non, Pétain n'est pas un gros mot ! Ce film ne cherche pas à faire ou refaire son histoire, mais celle de ses images. Ce documentaire essaie de comprendre le "phénomène" Pétain, de ce Pétain qui plus de soixante ans après sa mort continue à ganter la mémoire et l'histoire de France

Mon voisin l’espion
De 1873 à 1914, dans l’attente d’une nouvelle guerre, de chaque côté des frontières s’installent des garnisons,

Mon voisin l’espion

De 1873 à 1914, dans l’attente d’une nouvelle guerre, de chaque côté des frontières s’installent des garnisons, se créent des forts, des réseaux ferrés, des routes, des stocks de munitions et de matériels, de vivres et des parcs à fourrages...

Les bâtisseurs de la zone rouge
Le 11 novembre 1918, l'armistice de la première guerre mondiale sonne sur un front de 870 kilomètres de long et d'une vingtaine de profondeur. Dans ce désert de cent vingt mille hectares, toute vie a disparu.

Les bâtisseurs de la zone rouge

Le 11 novembre 1918, l'armistice de la première guerre mondiale sonne sur un front de 870 kilomètres de long et d'une vingtaine de profondeur. Dans ce désert de cent vingt mille hectares, toute vie a disparu. 

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales