Philippe Pétain, "Résistances" - 18 (136 mn)

Entretiens avec John Sweets, historien américain

- Je pense qu'en 1940 beaucoup de gens ne "réalisaient" pas. Citation de Peschanski sur les Camps d'internement - une des clés : l'internement administratif. Alexandre Varenne a vivement protesté contre. Les Communistes étaient le plus souvent dans ces camps, la France était couverte de camps en cette période - le camp de Mons… "Vichy" a libéré des prisonniers de droit commun pour interner d'autres gens dans ces camps. Si les gens veulent oublier aujourd'hui, c'est aussi parce qu'ils sont persuadés que les camps n'étaient que pour les Juifs. Quand les réfugiés espagnols se sont installés dans ces camps, il n'y avait pas assez de place. Toutes sortes de lieux ont servi, parfois des baraquements militaires. Dans toute la France on a cherché des lieux pour créer des camps (…)
- En Auvergne, La Bourboule, St Nectaire …, ces villes ont été utilisées pour envoyer des centaines de Juifs dans des hôtels où il n'y avait plus de touristes. Un système concentrationnaire - difficulté de parle de ces camps de la honte en France.
- Le Chagrin et la Pitié est un film qui correspond à une époque, il est fait pour désigner les Français tels des Collaborateurs. Ces appréciations bougent avec le temps, les décennies. Quand j'ai commencé ma recherche à Clermont Ferrand dans les années 1980, la France était définitivement considérée comme une nation qui collabore, une nation de Collaborateurs
- Sur la Milice - C'est Pétain qui était bien concerné, à la tête de l'État - Un chef de la Milice en Auvergne lors d'une procession funèbre (…) C'est l'institution la plus détestée. Sur cette question, Pétain a bénéficié du bénéfice du doute
- Sur la responsabilité de Pétain - le problème avec Pétain c'est qu'il aurait pu s'arrêter à plusieurs stades et il ne l'a jamais fait. Il n'a jamais renié la Milice. L'argument du vieil homme - Pétain pensait avoir raison. Je crois qu'il était convaincu de son rôle, il pensait au devoir au sens militaire du terme, de protéger la France…
Attention : film en version anglaise (non traduit)

...

Voir plus

Location 72h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Oser la grève sous l’occupation
Au printemps 1941, deux grèves secouent successivement le bassin liégeois puis le nord de la France.

Oser la grève sous l’occupation

Au printemps 1941, des grèves secouent successivement le bassin liégeois puis le nord de la France. En pleine occupation, près de 200 000 ouvriers et mineurs, poussés à bout par des conditions de vie insoutenables, osent défier l’occupant. Ce mouvement social a eu des conséquences dramatiques mais il reste passé sous silence.

Walter, retour en résistance
Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions

Walter, retour en résistance

Walter Bassan a 82 ans. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. 

Faire quelque chose
À la rencontre de résistants français de la Seconde Guerre mondiale.

Faire quelque chose

À la rencontre de résistants français de la Seconde Guerre mondiale. Le réalisateur recueille la parole de ces nonagénaires saisissants par leur vivacité d’esprit et la force intacte de leurs espérances. Des femmes et des hommes, qui, au début des années 40, étaient parfois plus proches de l’adolescence que de l’âge adulte.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales