Martinique, 14 février 1974. Une centaine d’ouvriers agricoles en grève sont aspergés de gaz lacrymogènes, cloués au sol par un hélicoptère qui tire à vue, encerclés par quatorze camions de gardes mobiles à Chalvet, dans le nord de l’île. Les versions divergent et se discutent.

Cette grève est soupçonnée d’être dirigée par des gauchistes, qui, usurpant la place des syndicats enracinés, menacent la stabilité économique et politique du pays en manipulant la classe paysanne.

Un mort et quatre blessés graves par balles, des dizaines de blessés silencieux et la découverte du corps meurtri d’un jeune ouvrier, signent, sans discussion, la page d’histoire consacrée à la grève de Février 74 en Martinique.

Un coffret de 2 DVD

  © Filmsdocumentaires.com        -      Avec le soutien du CNC        -      Réalisation : Gotfresh.info       -       Conditions générales de ventes     -     Mentions légales             

  1. S’inscrire à la Newsletter

FILMS&DOCUMENTAIRES.COM

Un autre regard sur le monde

En 1948, en Martinique, dans un climat de grève sur une habitation sucrière, un géreur, blanc créole, est assassiné de 36 coups de coutelas et retrouvé mort dans un champ de cannes de la plantation qu’il administre. 

Après une chasse à l’homme de plusieurs semaines, 16 coupeurs de cannes sont arrêtés et maintenus en détention préventive pendant trois ans. 

En 1951, leur procès, renvoyé à Bordeaux, ancien port négrier, avec l’assurance d’un verdict exemplaire et sans appel, deviendra le premier procès du colonialisme français aux Antilles, jugé devant “ses pères”.

Un coffret de 3 DVD

Le 22 décembre 1962, l’OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, affiche clandestinement sur tous les bâtiments publics de l’île, sa volonté nationaliste.

Cette organisation de jeunes gens, arrêtés deux mois plus tard en Martinique, serait « Manipulée » par des figures de la diaspora antillaise à Paris, séparatistes et intouchables, préparant la lutte de libération nationale avec le soutien logistique du FLN, fraîchement victorieux en Algérie.

Dix-huit jeunes « ojamistes » martiniquais dont cinq membres du Parti Communiste Martiniquais sont inculpés en février 1963 pour complot et atteinte à l’intégrité du territoire national, en d’autres termes de volonté séparatiste.

On a ainsi tué dans l’œuf un mouvement qui portait le spectre des évènements algériens, on a mis un terme à une « fellaghalisation » des Antilles.

Un coffret de 2 DVD

CHALVETla conquête de la liberté

Les 16 de Basse-pointe

L’affaire OJAMla Martinique aux martiniquais

La trilogie «martiniquaise» de Camille Mauduech