Logo-play

Catalogue Société : Société française commençant par la lettre “C”

Films 21 à 26 sur 26
Chez ma tante, chronique ordinaire d’une banque peu ordinaire

Chez ma tante, chronique ordinaire d’une banque peu ordinaire

Ce film dresse le por­trait direct des usagers de cette insti­tu­tion, à la porte de laque­lle la plupart d'entre eux frap­pent afin de trou­ver les moyens de franchir une mau­vaise passe de leur vie.

Calais, la dernière frontière

Calais, la dernière frontière

Pour les Anglais, le port français de Calais est l’entrée dans l’Europe mais aussi un endroit pour acheter de l’alcool bon marché. Pour des centaines d’émigrés, c’est l’ultime obstacle dans leur quête désespérée d’une vie nouvelle en Angleterre.
Ce film intime mêle les histoires de réfugiés, de migrants et d’expatriés anglais pour peindre un tableau de la vie dans une ville de transit où les habitants rêvent d’un avenir meilleur.

Cherche avenir avec toit

Cherche avenir avec toit

Au travers de l'histoire de Joseph, Rosalie, David, Lou et Nathalie qui tentent - en retrouvant un «chez soi» - de recommencer une vie «normale», le film montre ce qu'est l'exclusion non pas au moment de la dégringolade mais au moment où s'offre une chance de la quitter.

Classe de lutte

Classe de lutte

Le premier film réalisé par les ouvriers du Groupe Medvedkine. Il suit la création d'une section syndicale CGT dans une usine d'horlogerie par une ouvrière dont c'est le premier travail militant en 1968.

Comme une ligne rouge dans la mer

Comme une ligne rouge dans la mer

Leurs familles sont arrivées en France il y a trois, quatre, cinq générations, elles s'y sont établies. Eux, les descendants d'immigrés, portent cette part d'étranger. Sollicitant une parole sensible sur ces histoires de mélange et d'identité qui sont les leurs, et les nôtres, nous nous sommes avancés au plus près de l'empreinte de leurs mots.

Chroniques de la maison vide

Chroniques de la maison vide

Delphine Maza nous fait revivre la maison des ses grands-parents, un bien légué dans l’indivision… L’abandon. Une errance, fantomatique à travers les lieux, lui permet de nous présenter les personnes, les objets et chaque élément qui ont fait vivre cette maison et de s’interroger sur ce qui en reste.