Logo-play

Catalogue Société : Témoignages

Films 141 à 160 sur 198
Une chambre à elle

Une chambre à elle

“Féministe d’enthousiasme”, “pont entre les générations”, “lucide et jubilatoire”, beaucoup la reconnaissent comme une figure emblématique du féminisme. Grâce aux écrits de Benoîte Groult (Ainsi Soit-Elle, Histoire d’une Évasion...), des millions de lectrices et lecteurs ont pris conscience de l’oppression des femmes et des conditions de leur émancipation.

Galères de Femmes

Galères de Femmes

Christiane, Sylvia, Cathy, Isabelle, Laurence… Entre 21 et 34 ans, d’origine prolétaire ou bourgeoise, elles ont toutes, à un moment donné de leur vie connu la drogue, la maladie, la prostitution et la prison.
Jean-Michel CARRE les a suivies pendant deux ans dans l’enfer de Fleury-Mérogis, dans leur difficile réinsertion et souvent dans leur rechute. S’effaçant derrière son sujet, le cinéaste a laissé parler ces femmes de leur quotidien, de leurs échecs et de leurs espoirs.

SOS à Téhéran

SOS à Téhéran

Cinq mois de tournage en cinéma direct, le plus long depuis la révolution islamique, pour capter la vie telle qu’elle est dans le Téhéran d’aujourd’hui.
Sou Abadi a filmé dans un centre d’aide psychologique par téléphone, dans un organisme caritatif créé par l’ayatollah Khomeyni, pour aider les plus pauvres, dans une agence matrimoniale d’ultra islamistes...

C’est en hiver que les jours rallongent

C’est en hiver que les jours rallongent

Déporté au camp d’Auschwitz en août 1944, à l’âge de vingt et un ans, l’écrivain Joseph Bialot raconte son histoire, celle qu’il a vécue il y a bientôt soixante ans et qu’il n’a pas pu raconter jusqu’à aujourd’hui, tous les souvenirs et les cauchemars se confondent.

Sens et grandeur du couple

Sens et grandeur du couple

Ce film, qui dédramatise les petits agacements de la vie à deux, pourrait bien apporter des clés à tous les couples, jeunes et moins jeunes. Il suscite un vrai questionnement individuel. On comprend, en le regardant, que l’amour se cultive et que des solutions existent pour le construire dans la durée.

La puissance de l'Amour

La puissance de l'Amour

Né à la fin des années 50, abandonné à trois ans par sa mère, Tim Guénard est élevé par un père alcoolique et violent. Il va ensuite, au gré des décisions de l’Assistance Publique, errer de familles d’accueil en maisons de correction jusqu’à finir, à treize ans par vagabonder dans les rues de Paris.

Quelque chose de très précieux

Quelque chose de très précieux

En 1968, le cinéaste Jean Chapot réalise un documentaire sur une famille de paysans du Haut Doubs. Aujourd'hui les descendants se retournent sur leur passé et s'ouvrent sur l'avenir. Avec eux nous allons rencontrer leurs enfants et petits enfants durant une année.

La pensée confettis

La pensée confettis

Août 2011. L’amour, la mort, les conflits ...Voici quelques-uns des sujets abordés librement par Roxane (7 ans), Barbara (11 ans), Noémie et Ulysse (13 ans).
Comment vivre sa différence ? Gagner le respect ? Le film propose la restitution de ces échanges, réflexions avec la complicité bienveillante de la réalisatrice.

Te quiero

Te quiero

AMOUR, SEXUALITÉ et HANDICAP.
L’amour appartient à tous, il s’agit de l’aspiration la plus forte de toute aventure humaine. À quoi tient l'amour des personnes fragilisées physiquement ou psychiquement ? Comment la vie affective et la sexualité des personnes en situation de handicap peut-elle s’épanouir dans les établissements et les services qui les accueillent ? Ce film pose des questions sur le « vivre ensemble », le droit à l’intimité...

Le Fil de ma Vie

Le Fil de ma Vie

Lionel Legros est cinéaste. Apprenant qu’il est atteint d’un cancer, il décide de filmer son parcours de malade. Devant les médecins, dans sa famille, il montre chaque minute de cette nouvelle vie. Pour témoigner, de ses angoisses, de l’isolement psychologique vers lequel la maladie le pousse irrémédiablement. Pour se battre aussi, jusqu’au bout essayer de se raccrocher à une raison d’être, au fil d’une existence qui part en lambeaux.

Alba ou la vie pour une idée

Alba ou la vie pour une idée

Alba Aprile a 88 ans. Elle vit à Vienne dans l'Isère. Qu'il neige ou qu'il vente, tous les matins elle va faire ses courses et acheter l'Huma.
Enfant, elle émigré du Piémont avec ses parents, fuyant la misère et la montée du fascisme.

La vie défigurée

La vie défigurée

À travers le parcours d’une dizaine de personnes blessées au visage - des "Gueules cassées", ce film s’intéresse à cette blessure particulière : comment ces hommes et ces femmes, ont-ils pu reconstruire leur vie et retrouver une identité malgré ce visage défiguré ?
Avec des photographies d'Armand Rouleau

La fin du voyage

La fin du voyage

Deux familles françaises… Entre elles, un point commun : elles sont issues de la communauté des Gens Du Voyage ; mais pourtant des réalités de vie différentes : l’une est sédentarisée depuis longtemps, l’autre est itinérante depuis toujours.

Un travail de fourmi

Un travail de fourmi

Que peut-on faire face à une guerre aux confins de l'Europe ?
C'est la question que se sont posée, Bernard, Louis et le groupe Agir à Mulhouse. Ils ont répondu en accueillant réfugiés et déserteurs de l'ex-Yougoslavie, en faisant un bout de chemin avec eux...

L'échappée belle

L'échappée belle

Henri Keller, né en 1933, ancien mineur a passé plus de 30 ans de sa vie à voyager d'une mine à l'autre ; de Mulhouse au fin fond de l'Afrique, en passant par le Maroc ou la Bretagne. À quarante ans, dans le désert marocain, il s'est mis à écrire pour laisser sa trace.

Jours d'exil

Jours d'exil

Après un parcours sinueux commencé dans les montagnes ukrainiennes, les métropoles africaines ou les campagnes Sri Lankaises, David, Rémy, Lilianne, Balan et Uma se sont arrêtés sur les bords du Rhin. Ils sont réfugiés.

Les éclaireurs

Les éclaireurs

Des gens venus de tous les coins du monde livrent par bribes leur espoir de trouver un refuge suite aux persécutions qui les ont fait basculer dans l’exil. Progressivement, une autre violence va se superposer à la violence passée : celle qu’on leur fait subir, ici, chez nous…

Emilio du Hohwald

Emilio du Hohwald

Le père d’Emile Kuntz a quitté en 1907 l’Alsace, alors allemande, pour le Brésil où il meurt tragiquement quelques jours après son arrivée. Près d’un siècle plus tard, Emile ne sait pas grand-chose sur cette histoire mais ce mystère le hante.

Les enracinés

Les enracinés

Yvette, Arlette, Léon, Catherine et Jean ont entre 70 et 80 ans. Ils vivent depuis des décennies dans la même maison, sur cette terre qui les a vus naître. Ils sont d’origine paysanne, ont connu une vie faite du dur labeur de la terre et de l’élevage.

Le monde du bout des doigts

Le monde du bout des doigts

« Je ne vois pas les formes ni la lumière, rien, absolument rien du tout. Mais je ne suis pas dans le noir, je ne vois rien » dit Jean-Michel, aveugle de naissance, tout comme les autres personnages du film.