Logo-play

Catalogue Société commençant par la lettre “J”

Films 1 à 20 sur 60
J'ai (très) mal au travail

J'ai (très) mal au travail

Le travail est le carrefour de valeurs contradictoires. Quels sont ses enjeux? Quelles sont les nouvelles méthodes de management ? Au bénéfice de qui ? C’est cet « obscur objet de désir et de haine » qui est cerné dans ce film.

J'aimerais partager le printemps avec quelqu'un

J'aimerais partager le printemps avec quelqu'un

Tourné avec la caméra d'un téléphone portable fourni par le Festival Pocket Films, qui programme depuis deux ans des films tournés avec ces microcaméras, J'aimerais partager le printemps avec quelqu'un se déroule pendant le printemps de l'année 2007, en pleine campagne présidentielle.

J'veux du soleil

J'veux du soleil

"J'ai changé les plaquettes de frein et le liquide de refroidissement. 350 € chez Norauto..." C'est parti pour un road-movie dans la France d’aujourd'hui ! Avec leur humour et leur caméra, Gilles Perret et François Ruffin traversent le pays: à chaque rond-point en jaune, c'est comme un paquet-surprise qu'on ouvrirait.

J’ai rêvé d’Arménie

J’ai rêvé d’Arménie

J’ai rêvé d’Arménie oscille entre le souvenir et le devenir des Français d'origine arménienne qui tentent de trouver un équilibre entre leur histoire douloureuse et le besoin impérieux de se projeter vers le futur.

J’aime pas l’école

J’aime pas l’école

C'est entre les murs de cette Maison Familiale Rurale que Yves Entenich a choisi de poser sa caméra, à la hauteur de ces adolescents. Filmer ces enfants brisés en train de se reconstruire : voilà l'histoire de ce film.

J’aime pas l’école (Blu-ray)

J’aime pas l’école (Blu-ray)

C'est entre les murs de cette Maison Familiale Rurale que Yves Entenich a choisi de poser sa caméra, à la hauteur de ces adolescents. Filmer ces enfants brisés en train de se reconstruire : voilà l'histoire de ce film.

Jacques Bouveresse : Le besoin de croyance et le besoin de vérité

Jacques Bouveresse : Le besoin de croyance et le besoin de vérité

Où est la vérité et quel poids lui reste-t-il ? Mais tenons-nous vraiment à la connaître ? Le faux et l’erreur ne seraient-ils pas plus importants pour nous que la vérité, à laquelle nous sommes censés tenir passionnément ? Nietzsche a même dit que la naissance d’une illusion a été une exigence de la vie.

Jacques Bouveresse : Les intellectuels et les médias

Jacques Bouveresse : Les intellectuels et les médias

Les politiques, publicitaires, experts, journalistes, philosophes et autres nous racontent des histoires à propos desquelles il est légitime de se demander si on doit les croire. Où est la vérité et quel poids lui reste-t-il ?

Jacques Stephen Alexis, mort sans sépulture

Jacques Stephen Alexis, mort sans sépulture

Jacques Stephen Alexis est certainement l'un des plus éminents écrivains d'Haïti et de la Caraïbe. Revenu en Haïti en 1961 après un long périple à l’étranger, il est enlevé sur les ordres de François Duvalier, et est, depuis lors, porté disparu.

Japiglia Gagi, histoires de Roms

Japiglia Gagi, histoires de Roms

Pendant une année le réalisateur a vécu dans un camp dans la banlieue de Bari (Italie du Sud) avec une communauté de Roms immigrés de Roumanie. Ce camp, illégal, est situé sur un terrain privé pour lequel la mairie a des projets urbanistiques.

Je me suis mis en marche

Je me suis mis en marche

À partir du poème de Franck Venaille, La Descente de l'Escaut, le film de Martin Verdet met en scène le poète lui-même, dans un espace clos, ou voix, bruitages et artifices visuels assurent, entre littérature et cinéma, des points de passage aussi inventifs que réjouissants.

Je n'oublierai jamais

Je n'oublierai jamais

Ma grand-mère, Maria Elizabeth, est l’une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase victimes du régime soviétique durant la seconde guerre mondiale.

Je ne me souviens de rien

Je ne me souviens de rien

Décembre 2010 : la révolution éclate en Tunisie, le pays de mon père. Traversant au même moment un épisode maniaco-dépressif d’une grande intensité, je suis diagnostiquée bipolaire et entre en clinique psychiatrique. Au sortir de cette longue dépression, je n’ai presque aucun souvenir de ce moment de vie.

Je ne suis pas féministe mais…

Je ne suis pas féministe mais…

En 1970, à la suite d’une action retentissante sous l’Arc de Triomphe à Paris, la sociologue Christine Delphy fonde, avec d’autres femmes, le légendaire MLF.Je ne suis pas féministe, mais… lui consacre un portrait et revient sur les acquis du féminisme et ses enjeux actuels.

Je serai des millions

Je serai des millions

En 2016, la gauche radicale d’Evo Morales, le premier président indigène de Bolivie, fête ses 10 ans de pouvoir. Depuis 2006, le pays est engagé dans l’un des processus de changement les plus ambitieux du continent.

Je suis le peuple

Je suis le peuple

« La révolution ? T’as qu’à la regarder à la télé ! », lance Farraj à Anna Roussillon quand les premières manifestations éclatent en Egypte en janvier 2011. Alors qu’un grand chant révolutionnaire s’élève de la place Tahrir, à 700km de là, au village de la Jezira, rien ne semble bouger.

Je suis née à 16 ans

Je suis née à 16 ans

Dorine Bourneton est paraplégique depuis un accident d'avion survenu à l'âge de 16 ans. Elle a surmonté son handicap en devenant elle-même pilote. Elle livre un témoignage exceptionnel à travers ce film et nous la suivons dans son plus beau combat, celui de donner la vie malgré son handicap.

Je suis ou je suis ?

Je suis ou je suis ?

A chaque instant, j'enseigne (je montre), ce que je suis - c'est inévitable. Mais que suis-je ? Qui suis-je ? Suis-je ce que je crois être ? Ou ai-je été déterminé à être et à penser ce que je suis ? Et, dans ce cas, par quoi ? Par qui ? Au bénéfice de qui ?

Je t'aime

Je t'aime

14 ans… Le collège… Des jeunes gens, garçons et filles, aimantés par un mot d’ordre. Lequel ? Oh, peu de choses, rien de sensationnel. Il s’agit de dire je t’aime, ou de ne pas le dire mais justement, tout est là : Une manière de parler, une façon d’agir, aussi loin des adultes que des enfants, un monde intermédiaire, celui des histoires d’amour…

Je travaille donc je suis

Je travaille donc je suis

Ce film interroge la relation au travail des populations fragilisées ou en rupture d’emploi, il révèle combien, pour elles, la quête de sens est nourrie par leur activité professionnelle. Essayer de comprendre le sens que peut prendre le travail pour les personnes fragilisées est à la base de tout accompagnement. Le travail nous parle d’intégration, de reconnaissance, d’estime de soi, mais aussi de contraintes, de revendications et d’exclusion.