L’âge d’or du cinéma cubain (1959–1969) (52 mn)

En mars 1959, sera créé à la Havane l’ICAIC, l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Ciné­matographique. C’est le pre­mier acte de la poli­tique cul­turelle du nou­veau régime. Pen­dant les dix années qui suiv­ront, sous l’égide de cet organ­isme, le cinéma cubain con­naît un incroy­able essor. Avec l’ICAIC, une nou­velle généra­tion de cinéastes sur­git et se met au tra­vail : de Gutier­rez Alea à Hum­berto Solas, d’Alberto Roldan à Julio Gar­cia Espinosa. Les films que vont tourner ces jeunes réal­isa­teurs ne relèvent ni d’une école, ni d’un genre. Il s’agit d’un cinéma pop­u­laire dans son essence et dans ses réc­its. Des réal­isa­teurs étrangers vien­dront eux aussi tra­vailler à La Havane pen­dant cette péri­ode Chris Marker, Joris Ivens, Agnès Varda, Armand Gatti. C’est l’histoire de cette aven­ture excep­tion­nelle que nous racon­terons dans ce doc­u­men­taire, mêlant inter­views et extraits de films.

Location 48h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Le DVD : 14,00 € Lage_d_or_du_cin_ma_cubain_2_small
Acheter le DVD
Délai de livraison indicatif : 8 jours ouvrables
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Le Scandale Clouzot
Faire le portrait d’Henri-Georges Clouzot, c’est faire le portrait d’un visionnaire, d’un agitateur, d’un artiste contre le système.

Le Scandale Clouzot

Avec Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Quai des orfèvresHenri-Georges Clouzot a été un maître du suspense et a su faire des névroses humaines un spectacle palpitant. S’il a influencé des cinéastes contemporains majeurs (Friedkin, Spielberg), Clouzot reste sous-considéré en France.

Con la Pata Quebrada
Une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol

Con la Pata Quebrada

Des années 30 à nos jours, une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol. Une manière aussi de revisiter l'Histoire de l'Espagne et plus particulièrement celle de l'évolution féminine.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier
Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier

Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle. Bertrand Tavernier lui rend ici un hommage appuyé, avant de s’attarder tout particulièrement sur un de ses films remarquables d’avant–guerre, Remous.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales