La mort en Seine (54 mn)

Sous les 3 impressionnantes halles verrières du 104 rue d’Aubervilliers à Paris, des artistes occuperont les 30.000 m2 de l’ancienne usine pour produire des spectacles. Une nouvelle page de l’histoire culturelle et sociale de la capitale commence à s’écrire, une autre doit se tourner : celle qui raconte l’époque où le spectacle des funérailles était monopole d’Etat et ses artisans engagés collectivement, durant près d'un siècle, dans une production industrielle au service du public. Au-delà d'un témoignage sur le monde du travail, ce récit éclaire le bouleversement extrêmement rapide du rapport à la mort dans notre société. S'il n'y a pas si longtemps les anciennes pratiques se caractérisaient par leur dimension collective, l'individualisme actuel laisse chacun seul avec ses morts, contraint d'inventer son propre rapport au Sacré.

Location 48h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Le DVD : 14,00 € Lamortenseine_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)
Pour la première fois les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes.

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)

1987-1994 : « Paris nous appartenait, tout était possible… ». Pour la première fois, les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes. Quand l’Histoire ( des raves parties, du hip hop, du punk hardcore …) rencontre les histoires de Pat Ca$h, Gatsby de la fin 80.

Les glaneurs et la glaneuse
Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ».

Les glaneurs et la glaneuse

Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ». Par nécessité, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant.

Paris est une fête
Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains.

Paris est une fête

Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains traversés par un « jeune mineur étranger isolé », les attentats, les roses blanches, l’état d’urgence…, le silence, et la joie…, rien que la joie.