Madame l'eau (172 mn)

Après Jaguar (1967), Petit à petit (1970) et Cocorico, Monsieur Poulet ! (1974), quel plaisir de retrouver ce trio de philosophes faussement candides et d’anthropologues farceurs, plus que jamais cousins africains de Bibi Fricotin. Avec Jean Rouch, ils ont fini par former une unité insécable, un véritable corps commun : « Dalarouta » comme ils se nomment, petite enseigne artisanale et libertaire de cinéma nomade où il suffit d’allumer la mèche pour que la réalité dérive aussitôt du côté de la fable et de l’enchantement. Au festival de Berlin, Madame l’eau reçut le grand prix international de la paix avec la mention suivante : « un des seuls films sur le développement où l’on considère qu’une des conditions du développement est l’humour ». On ne peut mieux dire.
Les films : Madame l’eau, de Jean Rouch (1992 - 102 minutes - couleur)
Rouch gang (La Bande de Rouch), de Steef Meyknecht, Dirk Nijland et Joost Verhey (1993 - 70 minutes - couleur et N&B)

Le DVD : 14,94 € Madameleau_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Être et avoir (Blu-ray)
La vie quotidienne d’une école «à classe unique» dans un petit village du Massif central.

Être et avoir (Blu-ray)

Au cœur de l’Auvergne, l’aventure quotidienne d’une de ces écoles « à classe unique » qui rassemblent encore tous les enfants d’un même village, de la maternelle au CM2. Le maître accompagne cette petite communauté dans l’apprentissage de la vie avec son lot de questions, de blessures et de joies.

Être et avoir
La vie quotidienne d’une école «à classe unique» dans un petit village du Massif central.

Être et avoir

Au cœur de l’Auvergne, l’aventure quotidienne d’une de ces écoles « à classe unique » qui rassemblent encore tous les enfants d’un même village, de la maternelle au CM2. Le maître accompagne cette petite communauté dans l’apprentissage de la vie avec son lot de questions, de blessures et de joies.

La moindre des choses
À deux heures de Paris, quelque part entre Blois et Chambord, la clinique psychiatrique de La Borde n'est pas une institution ordinaire.

La moindre des choses

Au cours de l'été 1995, fidèles à ce qui est désormais devenu une tradition, pensionnaires et soignants de la clinique psychiatrique de La Borde se rassemblent pour préparer la pièce de théâtre qu'ils joueront le 15 août.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales