Madame l'eau (172 mn)

Après Jaguar (1967), Petit à petit (1970) et Cocorico, Monsieur Poulet ! (1974), quel plaisir de retrouver ce trio de philosophes faussement candides et d’anthropologues farceurs, plus que jamais cousins africains de Bibi Fricotin. Avec Jean Rouch, ils ont fini par former une unité insécable, un véritable corps commun : « Dalarouta » comme ils se nomment, petite enseigne artisanale et libertaire de cinéma nomade où il suffit d’allumer la mèche pour que la réalité dérive aussitôt du côté de la fable et de l’enchantement. Au festival de Berlin, Madame l’eau reçut le grand prix international de la paix avec la mention suivante : « un des seuls films sur le développement où l’on considère qu’une des conditions du développement est l’humour ». On ne peut mieux dire.
Les films : Madame l’eau, de Jean Rouch (1992 - 102 minutes - couleur)
Rouch gang (La Bande de Rouch), de Steef Meyknecht, Dirk Nijland et Joost Verhey (1993 - 70 minutes - couleur et N&B)

Le DVD : 14,94 € Madameleau_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Agnès Varda : Coffret cinéma documentaire
Les incontournables du cinéma documentaire d’Agnès Varda.

Agnès Varda : Coffret cinéma documentaire

Retrouvez le meilleur des documentaires d’Agnès Varda dans un seul et même coffret ! 

Au cœur du sommeil
Une descente littéraire et philosophique à travers différents états du sommeil.

Au cœur du sommeil

Une successions de dormeurs et la lecture de quatre textes de Michel Butor (Matière de rêve), Clément Rosset (Route de nuit), Pierre Pachet (Nuits étroitement surveillées) et Jean-Luc Nancy (Tombe de sommeil), nous invitent à un cheminement du rêve vers le sommeil profond.

Les tombeaux sans noms
« Je voulais faire un film pour capter l’invisible présence des morts sans sépulture... » Rithy Panh

Les tombeaux sans noms

« Quatre décennies après avoir été déporté par les Khmers rouges avec ma famille dans la province de Battambang, je suis retourné sur les lieux de leur disparition. Nous étions onze en quittant Phnom Penh. Seuls deux d’entre nous ont survécu. » Rithy Panh

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales