Qu’est que tu fais là ? (9 mn)

Sur un tableau de Jean Charles Blais

Un peintre de la « nouvelle figuration » face à l’élaboration de son tableau, de A à Z.
Jean Charles Blais s'est fait connaître au début des années 1980 avec des tableaux peints sur des matériaux de récupération et particulièrement des affiches arrachées. Sa première exposition personnelle au CAPC de Bordeaux en 1982 sera suivie de nombreuses présentations dans les galeries ; Yvon Lambert à Paris, Leo Castelli à New York, Buchmann à Bâle, Catherine Issert à Saint-Paul et Kenji Taki à Tokyo. En 1987, une exposition personnelle lui est consacrée au centre Pompidou à Paris.
En 1990, il signe l’aménagement de la station de métro Assemblée nationale à Paris constituée d’une gigantesque frise de posters imprimés et renouvelés périodiquement (aménagement reconduit dans une nouvelle version depuis 2004). Il est invité l’année suivante à présenter une exposition personnelle a la Staatsgalerie Morderner Kunst de Munich puis en 1994 au musée de La Haye. La même année il présente un ensemble de formes suspendues découpées dans du tissus à la Chapelle de la Salpêtrière dans le cadre du festival d’automne à Paris.

Location 48h (VOD): 1,30 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Gérard Fortuné, le dernier des Naïfs
Ce film retrace l’émouvant portrait d’un homme qui peint, cuisine et danse.

Gérard Fortuné, le dernier des Naïfs

Ce film retrace l’émouvant portrait d’un homme connu dans son quartier comme « Jambes de bois ou l’homme aux échasses ». Un homme qui peint, cuisine et danse.

Télémaque, l'affranchi
« Affranchi éduqué », aime à se définir l’artiste français d’origine haïtienne Hervé Télémaque.

Télémaque, l'affranchi

« Affranchi éduqué », aime à se définir l’artiste français d’origine haïtienne Hervé Télémaque, en référence à son arrière-arrière-grand-père descendant d’esclave. Il a 20 ans quand il fuit la dictature de Duvalier en Haïti. Il n’y retournera que 27 ans plus tard.

Tant que les murs tiennent
Rhodiacéta 2014, un site industriel oublié à l’entrée d’une ville.

Tant que les murs tiennent

Rhodiacéta 2014, un site industriel oublié à l’entrée d’une ville. 
Abandonné depuis bientôt 30 ans, il est devenu le théâtre clandestin de générations de graffeurs, photographes et autres argonautes qui hantent l’endroit.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales