5 caméras brisées (1h34mn)

Emad, paysan, vit à Bil’in en Cisjordanie. Il y a cinq ans, au milieu du village, Israël a élevé un « mur de séparation » qui exproprie les 1700 habitants de la moitié de leurs terres pour « protéger » la colonie juive. Les villageois de Bil’in s'engagent dès lors dans une lutte non-violente pour obtenir le droit de rester propriétaires de leurs terres. Emad filme ce conflit dès le début pendant cinq ans. Avec sa caméra, il établit la chronique intime de la vie d'un village en ébullition, dressant le portrait des siens, famille et amis, tels qu'ils sont affectés par ce conflit sans fin.
Nommé Aux Oscars dans la catégorie "meilleur documentaire", 2013 - Prix de la réalisation documentaire au Sundance film festival, 2012 (Etats-Unis) - Prix Louis Marcorelles au festival international du documentaire le Cinéma du réel, 2012 (Paris) - Prix du Meilleur Documentaire du Eurodok Film Festival, 2012 (Norvège).
« On n'avait jamais évoqué de manière plus intime et précise la question des colonies israéliennes et leurs conséquences sur le terrain. Démonstration éclatante due à un Arabe (Emad Burnat) et à un Juif (Guy Davidi) oeuvrant en toute harmonie. » Les Inrockuptibles
Bonus : Entretien avec les réalisateurs
Langues : Arabe et Hébreu, sous-titres Français et Français pour sourds et malentendants

...

Voir plus

Le DVD : 19,95 € 5camerasbrisees_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Armadillo
Armadillo décrit de manière très directe le cynisme croissant et la dépendance à l’adrénaline de jeunes soldats en guerre.

Armadillo

Mads et Daniel sont partis comme soldats pour leur première mission dans la province d’Helmand, en Afghanistan. Leur section est positionnée à Camp Armadillo, sur la ligne de front d’Helmand, où ils vivent des combats violents contre les Talibans.

Une vie après
Le syndrome de stress post traumatique est aujourd'hui reconnu comme une blessure à part entière.

Une vie après

Le syndrome de stress post traumatique, ou le mal de guerre, est aujourd'hui reconnu comme une blessure à part entière, même s'il reste encore un mal abstrait, invisible.

Rapporteurs de guerre
Pourquoi choisit-on d’être photographe de guerre ?

Rapporteurs de guerre

Pourquoi choisit-on d’être photographe de guerre ? A-t-on le droit de photographier la souffrance des autres ? De quoi est-on responsable ? Photographier pour témoigner, un geste politique ou un geste pour l’histoire ? Quelle est la place des rédactions dans le travail sur le terrain ?

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales