L'année dernière à Vichy : "résistances" - 19 (66 mn)

Hubert de Boissy

Hubert de Boissy, avocat, nous raconte ses années de guerre à Vichy :
- Je suis né en octobre 1907
- Nous sommes partis convaincus que nous avions la victoire
- Pétain, un maréchal qui était un chef respecté
- La Légion des Combattants / la confiance à Pétain / la résistance à titre privé
- Il est difficile de juger : Je n'ai jamais cru que Pétain était un traître, même après Montoire… De Gaulle et Pétain
- J'étais installé comme avocat / Je n'ai pas pris de décisions
- Lois antijuives de Pétain; la Guerre est infiniment plus grave…
- L'Univers entier atteint / la France a changé tant de fois de régimes, tout ça s'enchaîne dans les siècles
- 1942 : rien n'a changé parce qu'il fallait gagner ma vie
- le Maquis est arrivé… le départ du Maréchal
- A la Libération, à la prison de Cusset… J'ai eu à défendre Gringoire ; et l'aumônier de la Milice
- La Cour Martiale siégeait à Vichy dans la très grande salle du Majestic : 9 fois sur 10, c'était des arrêts de mort
- Les éxécutions : carrière des Malavaux, pas très loin de là où a été assassiné Jean Zay
- Le départ de Pétain fut dramatique parce qu'il est parti de force
- Vichy est devenue une petite ville sans importance
- Je connais Pierre Laval par un de mes confrères, il savait répondre aux Allemands
- Il a occupé des positions clé que je ne peux pas juger, on a coupé son discours "Je souhaite la victoire de l'Allemagne …"

...

Voir plus

Location 48h (VOD): 2,90 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Je n'oublierai jamais
Ma grand-mère, Maria Elizabeth, est l’une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase.

Je n'oublierai jamais

Ma grand-mère, Maria Elizabeth, est l’une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase victimes du régime soviétique durant la seconde guerre mondiale.

La Passeuse des Aubrais
Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs.

La Passeuse des Aubrais

Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs. Plus de 60 ans plus tard, celui qui n’était alors qu’un petit garçon déclare que cette femme était en réalité à la solde de la Gestapo.

Après la guerre, l’Alsace-Moselle c’est la France !
La foule est en liesse lorsque Strasbourg est libérée en novembre 1944. Mais les lendemains vont ils chanter pour autant ?

Après la guerre, l’Alsace-Moselle c’est la France !

La foule est en liesse lorsque Strasbourg est libérée en novembre 1944. Mais les lendemains vont ils chanter pour autant ? Car comment effacer cinq années d’annexion ? Comment reconstruire l’Alsace et la Moselle et taire la douleur de cette région meurtrie ?

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales