L'année dernière à Vichy : "résistances" - 21 (43 mn)

Jean Lévy

Jean Lévy nous raconte ses années de guerre à Vichy :
- J'ai 90 ans - à la débâcle j'avais une vingtaine d'années
- Je me rappelle de rien ; il y a des faits dont je me rappelle, mais des sentiments, aucun
- Je ne pouvais pas m'occuper de mes parents
- Il fallait partir, on est partis, je suis allé à Vichy
- "Où tu vas Jean ?" "Je vais voir mon frère Roger" "N'y va pas, il y a la Gestapo","Attention madame, Vous cachez des Juifs
- 25 novembre 1943
- Au début, à Vichy, tout me paraissait normal
- Déporté, mon frère est mort en fuyant dans les bois
- l'avance des Russes
- Pétain ? je ne sais pas, il était manipulé
- Je n'ai plus de mémoire. - La Communauté Juive était contente d'être là à Vichy
- A la Libération, la ville ressemblait à une ville de cure
- La vie à Vichy : on risquait moins à Vichy qu'ailleurs. Vichy était une ville normale ; la Milice.
- On ne peut pas revenir 50 ans en arrière, on ne peut pas expliquer, en parler est très difficile
- Ne l'ayant pas vécu, on ne peut pas se l'imaginer
- Les gens qui nous ont hébergé auraient mérité un honneur. Je ne les ai pas revus.

...

Voir plus

Location 48h (VOD): 2,50 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Sammies
la captation du ciné-concert « Quand le jazz débarque ! Sammies in Brest » et la ciné-conférence « Les Américains à Brest en 1917 ».

Sammies

Le ciné-concert Quand le jazz débarque ! Sammies in Brest et la ciné-conférence Les Américains à Brest en 1917 témoignent, grâce aux émouvantes images tournées par les opérateurs de l’armée américaine, de l’arrivée de près de 800 000 soldats dans le port de Brest entre 1917 et 1919.

Je n'oublierai jamais
Ma grand-mère, Maria Elizabeth, est l’une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase.

Je n'oublierai jamais

Ma grand-mère, Maria Elizabeth, est l’une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase victimes du régime soviétique durant la seconde guerre mondiale.

La Passeuse des Aubrais
Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs.

La Passeuse des Aubrais

Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs. Plus de 60 ans plus tard, celui qui n’était alors qu’un petit garçon déclare que cette femme était en réalité à la solde de la Gestapo.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales