Odessa... Odessa ! (152 mn)

Il existe une ville, au nord de la Mer Noire, qui porte le nom d’Odessa.
Va savoir pourquoi, ce nom semble surgir d’un conte dont les phrases, inlassablement répétées par quelques grands-mères, résonnent encore aux oreilles des adultes. Il était une fois, il y a très longtemps…
À travers les histoires de différents personnages qui nous emmènent à Odessa, New York et Israël, le film évoque l'exil et l'errance d'une communauté particulière : les juifs d'Odessa.
En complément :
Mémoires incertaines, (35mn), un film de Michale Boganim
« Depuis mon enfance, les histoires d’Henry, mon grand-oncle, ont nourri l’imaginaire de ma famille ». Sous forme d’enquête, la réalisatrice nous entraîne dans le mythe familial qui entoure ce personnage. Tous ses parents détiennent une histoire différente à son sujet : meurtrier, chauffeur de Churchill, héros de guerre, espion… Au fil du film, elle éclaircit quelques faits, mais d’autres vérités sur sa vie restent insaisissables…
Bonus : Un entretien entre Michale Boganim et Jean-Jacques Moscovitz(15mn) - Un livret de photos tirées des repérages, présentées sous la forme d'un album souvenir
Langues : VO, sous-titres Français

...

Voir plus

Le DVD : 19,95 € Odessaodessa_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

La Vieillesse de Bruno, Annette, Jean-Loïc…
Un portrait de la première génération d'adultes handicapés mentaux légers vivant au-delà de 60 ans.

La Vieillesse de Bruno, Annette, Jean-Loïc…

À travers le portrait de Bruno, Annette et Jean-Loïc, découverte d'une nouvelle réalité : la première génération d'adultes handicapés mentaux légers vivant au-delà de 60 ans.

On dirait que...
Le métier des parents vu par leurs enfants.

On dirait que...

« On dirait que…» et l'imaginaire se met en marche. Plutôt que de jouer aux cow-boys et aux indiens, des enfants de 8 à 13 ans, fils et filles de médecins, d'agriculteurs, de gendarmes ou d'épiciers jouent devant la caméra au métier de leurs parents.

Mort(s) de la rue
Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence.

Mort(s) de la rue

Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence. Bernard était l'un d'entre eux ; figure bien connue de la ville de Bayeux, il est décédé à 46 ans «dans» et «de» la rue.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales