Octobre à Paris (68 mn)

Le 5 octobre 1961, le préfet de Police de la Seine Maurice Papon impose un couvre feu discriminatoire, visant exclusivement tous les français musulmans d’Algérie. Cette mesure entraîne aussitôt une réaction. Au soir du 17 octobre, sous la forme d’une grande manifestation pacifique organisée par le FLN, près de trente mille algériens défilent dans Paris pour rappeler leur droit à l’égalité et à l’indépendance de leur pays.
Il s’en suit une répression féroce et dissimulée à l’opinion publique durant de nombreuses années. Au lendemain du 17 octobre, un collectif rassemblé autour du Comité Audin, comprend la nécessité de témoigner de ces crimes. L’un des animateurs de ce comité, l’historien Pierre Vidal Naquet accepte alors l’idée de Jacques Panijel de réaliser un film. Ce sera Octobre à Paris. Interdit dans un premier temps, ce n’est qu’en 1973, après la grève de la faim du cinéaste et ancien résistant René Vautier qu’Octobre à Paris, véritable document historique, obtint enfin son visa d’exploitation.
Ce document historique est un document engagé au service d’une cause : l’indépendance. Il a été tourné dans des circonstances matérielles précaires.
Compléments :
À propos d’Octobre, réalisé par Mehdi Lallaoui, 19 min
17 Octobre 1961, réalisé par Sébastien Pascot, 51 min
Noir et Blanc

...

Voir plus

Le DVD : 14,95 € Octobreaparis_jaq_small Article provisoirement indisponible

Sur le même thème

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)
Pour la première fois les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes.

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)

1987-1994 : « Paris nous appartenait, tout était possible… ». Pour la première fois, les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes. Quand l’Histoire ( des raves parties, du hip hop, du punk hardcore …) rencontre les histoires de Pat Ca$h, Gatsby de la fin 80.

Les glaneurs et la glaneuse
Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ».

Les glaneurs et la glaneuse

Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ». Par nécessité, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant.

Paris est une fête
Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains.

Paris est une fête

Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains traversés par un « jeune mineur étranger isolé », les attentats, les roses blanches, l’état d’urgence…, le silence, et la joie…, rien que la joie.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales