Noire est la couleur (54 mn)

Il n’y a pas si longtemps, un visiteur du Metropolitan Museum of Art à New York aurait eu bien du mal à découvrir la peinture noire américaine. Ce n’est plus le cas désormais puisqu’elle a enfin trouvé sa place aux cimaises des plus grands musées des États-Unis. Quel regard les artistes africains-américains portent-ils sur le monde par rapport à leurs confrères blancs ? La spécificité de la peinture noire apparaît sans conteste dans sa dimension politique. Car l’acte de naissance de l’art africain-américain réside dans la représentation de l’émancipation du peuple noir, tandis que sa maturité s’acquiert parallèlement à la lutte contre la ségrégation raciale et pour l’obtention des droits civiques. « Pour un artiste africain-américain, créer est une déclaration politique », analyse ainsi le peintre Whitfield Lovell.
Aujourd’hui, Jean-Michel Basquiat (1960-1988) n’est plus le seul artiste africain-américain à être entré de son vivant dans les grandes institutions américaines. Kerry James Marshall, Whitfield Lovell ou encore Ellen Gallagher sont également célébrés, au même titre que cette étoile filante qui fit longtemps figure d’exception. À l’heure où la question raciale enflamme à nouveau les États-Unis, ce film raconte à travers des archives rares et les voix d’artistes, d’historiens de l’art, de collectionneurs et de galeristes la marche des artistes africains-américains pour se réapproprier leur image et la faire vivre.

Langues audio : anglais français - Sous-titres : sous-titres sourds et malentendants français - NTSC Toutes Zones

...

Voir plus

Le DVD : 19,95 € Noireestlacouleur_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Bienvenue à Khalmion
Ils vivent sur la frontière entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan et parlent également un français impeccable.

Bienvenue à Khalmion

Ils vivent sur la frontière entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan qui passe pratiquement dans la rue principale du village et détermine pour beaucoup leur mode de vie et leur vision du monde. La deuxième particularité de ce village est que depuis plus de quarante ans, ils parlent entre eux en français.

Les travestis pleurent aussi
Paris. Dans une petite impasse près de la Place de Clichy, se dressent face à face deux hôtels glauques comme tant d’autres dans ce q...

Les travestis pleurent aussi

Paris, près de la Place de Clichy, hôtels glauques. Derrière ces façades anonymes, se cachent les vies marginales de plusieurs transsexuels d’origine équatorienne qui se prostituent au bois de Boulogne : tous ont fui leur pays ainsi que l’intolérance et l’homophobie qui y règnent. 

Angel
Angel est un film sur le poids de l’homophobie dans les sociétés d’Amérique Latine.

Angel

Angel, travesti équatorien de 36 ans qui se prostitue à Paris, obtient une carte de séjour. Pour les fêtes de Noël, il peut enfin rentrer dans son pays, l’Equateur, et retrouver sa famille qu’il a quittée il y a cinq ans.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales