Logo-footer
Change de nom et devient
Capuseen
Logo-play

ISKRA


ISKRA (Image, Son, Kinescope et Réalisations Audiovisuelles, "étincelle" en russe), société indépendante de production et de diffusion, c’est aujourd’hui un catalogue de plus de 160 films.
ISKRA, c’est à l’origine l’histoire de Slon (Service de Lancement des Œuvres Nouvelles, "éléphant" en russe).
Slon est né d’une évidence : que les structures traditionnelles du cinéma, par le rôle prédominant qu’elles attribuent à l’argent, constituent en elles-mêmes une censure plus lourde que toutes les censures. D’où Slon, qui n’est pas une entreprise, mais un outil – qui se définit par ceux qui y participent concrètement – et qui se justifie par le catalogue de ses films, des films QUI NE DEVRAIENT PAS EXISTER !

en savoir plus...

Logo-play

Films produits par ISKRA

4 Films
Une si longue peine

Une si longue peine

Pour la pièce de théâtre qu’il met en chantier, le metteur en scène Didier Ruiz rencontre pour la première fois des anciens détenus longues peines et leur famille. Dans l’intimité d’une salle de répétition, ceux qui ont passé des années en prison nous livrent d’indicible. Chacun avec ses mots, ses silences, son regard. Chacun avec sa peine.

Un monde plus propre

Un monde plus propre

En janvier 1998, les grévistes de la COMATEC, compagnie de nettoyage du métro parisien, filiale de Vivendi, revendiquent l'embauche du personnel intérimaire, une augmentation des salaires et l'amélioration générale des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader.
La COMATEC utilisera tous les moyens pour casser cette grève...

Un balcon au val fourré

Un balcon au val fourré

«Dans la pénombre d'une salle de spectacle, des visages écoutent... Qu'est-ce qu'on entend ? Des voix, des cris, une femme pleure, un homme se souvient. Quelques lumières s'allument... Une femme chante un air d'opéra.

Une poste à la Courneuve

Une poste à la Courneuve

À la poste, les habitants des 4000 à La Courneuve attendent leurs allocations. L'argent circule, l'argent manque. Les jeunes postiers, salariés ordinaires, reçoivent de plein fouet le choc de la pauvreté de l'autre.
Eux aussi subissent le poids de la situation économique dont ils observent, impuissants, les effets. Ils assument tant bien que mal leur rôle de représentants de l’Etat.