Cocottes et courtisanes dans l'oeil des peintres (52 mn)

Comment l’essor de la prostitution au XIXe siècle a inspiré les plus grands peintres modernes. Une évocation érudite et haute en couleur de la condition des femmes de l’époque.
Courtisanes, demi-mondaines, cocottes, filles de joie, grandes horizontales, danseuses, lorettes, grisettes, filles de brasserie, buveuses, trotteuses, pierreuses… : si le vocabulaire désignant les prostituées au XIXe siècle s’avère si riche, c’est qu’il prit la mesure de l’ampleur nouvelle que connaissait à cette époque le plus vieux métier du monde. Alors en plein essor, le capitalisme bouleverse les conventions, et, en opposition avec un second Empire obsédé par la vertu, favorise la marchandisation des corps féminins. De la courtisane de haut vol à la pierreuse, arpentant les mauvais trottoirs des faubourgs, l’image de la femme « légère » s’étoffe et se diversifie.
L’œil des peintres ne manquera pas d’accompagner cette évolution des mœurs. Ces muses d’un genre particulier inspirent de nouveaux défis à la modernité picturale. De Manet à Picasso en passant par Degas, Van Gogh et Toulouse-Lautrec, les peintres qui les représentent s’affranchissent des règles académiques et trouvent de nouvelles voies. En revisitant certaines œuvres et les archives de la police des mœurs, le film de Sandra Paugam explore la relation incandescente entre l’art et le sexe tarifé. Richement documenté, Cocottes et courtisanes est autant un documentaire sur la condition des prostituées qu’une réflexion sur le regard artistique qui lui est lié. Un film miroir, qui renvoie la société de l’époque à ses hypocrisies et à ses angles morts.
Versions Française, English - Sous titres français pour sourds et malentendants

...

Voir plus

Le DVD : 19,95 € Cocottesetcourtisanesdansloeildespeintres_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

La revanche de Vermeer
En marge de l'exposition que lui consacre le Louvre, enquête sur l'une des figures les plus mystérieuses et les plus célébrées de l'histoire de la peinture.

La revanche de Vermeer

On ne connaît de Johannes Vermeer (1632-1675) que trente-sept toiles, qui suscitent à travers le monde une ferveur sans égale. Mais des pans entiers de sa vie demeurent dans l’ombre. Si on le surnomme « le sphinx de Delft », c'est aussi parce qu'après sa mort soudaine, à 43 ans, son nom fut oublié pendant trois siècles avant de revenir en pleine lumière.

Gérard Garouste, retour aux sources
Peintre mondialement reconnu, Gérard Garouste, né en 1946, se livre avec générosité, modestie et franchise.

Gérard Garouste, retour aux sources

Peintre mondialement reconnu, Gérard Garouste se livre avec générosité, évoquant un passé parfois douloureux, dont il tire souvent des sujets pour ses toiles. Loin de tous les courants artistiques en vogue, il trace un chemin original et exigeant dans l'art contemporain.

Maestà, la passion du Christ
Andy Guérif adapte le chef-d’oeuvre peint par Duccio di Buoninsegna en tableau vivan

Maestà, la passion du Christ

Andy Guérif adapte le chef-d’oeuvre peint par Duccio di Buoninsegna en tableau vivant : la passion du Christ en 26 panneaux successifs, de l’entrée à Jérusalem au chemin d’Emmaüs.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales