Maramures, la civilisation du bois (52 mn)

Au nord ouest de la Roumanie se cache la région la plus authentique du pays : le Maramureş.
Il incarne la civilisation du bois avec ses forêts qui couvrent près de 50% de la région. On le trouve partout, de l'église à l'habitat, de la croix à l'imposant portail. Ici, la chaleur du bois le dispute à celui du charme et de l'accueil.
Au fond de ses multiples vallées se dissimulent des trésors méconnus. Forestiers, menuisiers et sculpteurs sur bois animent les villages. Même si le béton envahit souvent le paysage, on construit encore des églises en bois du plancher au sommet de leurs flèches, avec des toitures garnies de dizaines de milliers de tuiles en bois bien sûr. L'habitat se distingue par son portail monumental en bois massif, signe de réussite sociale.
Les villages sont l'âme du Maramureş. Ils abritent 40% de la population. Si on y vit modestement, on respire encore au rythme des saisons et de la nature. Le cheval bien que très menacé par la mécanisation, se fait encore remarquer sur les routes et dans les champs.
Il y a tous les jours un marché quelque part, coeur commercial et social des villages avec ses couleurs locales.
Le joyau du Maramureş est sans nul doute le cimetière musée des traditions populaires de Săpinţa, dit « joyeux ». Dans la vallée de la Vaser, à la frontière de l'Ukraine serpente le dernier chemin de fer forestier d'Europe ; il alimente en bois toute la Roumanie.
La région est riche de ses fêtes religieuses très respectées : Pâques où l'on revêt le costume de toujours, on confectionne un pain spécial, on décore les œufs de végétaux. A Noël, on chante des colindés, des acteurs jouent la Nativité du Christ. Diverses fêtes marquent les saisons où musique, chants et danses puisent dans le riche répertoire du Maramureş.
De retour en hiver, c'est un paysage enchanteur que l'on retrouve sous son fin linceul blanc. Sous le soleil, la neige et le bois sont un régal pour les yeux. Avant Noël, c'est l'époque où l'on tue le cochon, où l'on distille la ţuica, eau de vie de prunes ou de pommes. Par tous les temps, on va encore chercher du foin entassé en meules sur les collines.
Menacé par la mondialisation, le Maramureş terre de traditions saura t'il sauvegarder son authenticité face à la montée du modèle standard ?

...

Voir plus

Location 72h (VOD): 4,90 € Gift Louer le film
Le DVD : 24,00 € Maramureslacivilisationdubois_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Chuchotements de la Grande Région
Belgique et le Luxembourg ? Est-ce les guerres qui les séparent ? Ou y a t-il une histoire commune ?

Chuchotements de la Grande Région

Quelle est l'histoire entre la France, l'Allemagne, la Belgique et le Luxembourg ? Est-ce les guerres qui les séparent ? Ou y a t-il une histoire commune ? Allons nous trouver une réponse dans un pays au delà des frontières existantes, dans ce que l'on appelle la Grande Région? 

Blà Blä Blá
Une ballade cinématophonique dans une espace de vie et de travail, une Grande Région économique... croisement culturel unique en Europe.

Blà Blä Blá

Faut-il vraiment apprendre une autre langue pour vivre dans la Grande région? Oder maache mir hinnen dat ze einfach well mir jo all Sprooche schwätzen esou dass kee méi Lëtzebuergesch leiert... et puis moi je ne parle pas très bien l'allemand mais je le comprends! 

EUROBABEL
Il était une fois un territoire un peu étrange qui s’étendait le long de la Moselle et de la Sarre, s’arrêtait aux confins de la ligne bleue des Vosges...

EUROBABEL

« Il était une fois un territoire un peu étrange qui s’étendait le long de la Moselle et de la Sarre, s’arrêtait aux confins de la ligne bleue des Vosges, des Ardennes , de l’Eifel, et du Taunus. Ses habitants étaient des lutins, des gnomes, des elfes et des nutons, mais on les appelait aussi les frontaliers. 

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales