Logo-play

Jawad Rhalib

Jawad Rhalib

Parfois crédité sous le nom de
Rhalib JOUAD
Jouad RHALIB
Jawad RHALEB
Rhalib JAWAD

Né le 8/11/1965 au Maroc.

Jawad Rhalib est d'origine belgo-marocaine et diplômé en communication de l'Université catholique de Louvain-La-Neuve. Il s'est aussi formé en réalisation à la RTM (Radio télévision marocaine).
Depuis 1997, Jawad Rhalib a réalisé plus d'une dizaine de films.
Il a reçu des formations en réalisation en Europe, des masters classes, une formation en journalisme (il est journaliste professionnel). Son dernier film "El Ejido, la loi du profit" est sorti au cinéma en Belgique le 18 avril 2007, en France au mois de septembre 2007. Le film était en compétition au FIPA (Biarritz), au FESPACO (Prix du meilleur documentaire), à Thessaloniki, Festivals des droits de l'homme de Genève, Rencontre Doc à Tunis et sera bientôt à DokFest Munich. Des diffusions ont eu lieu sur TV5 Afrique et la TSR et bientôt sur ARTE, MEDI 1 SAT, Al Jazeera, RTBF.

Logo-play

Films de Jawad Rhalib

3 Films
Le Chant des tortues une révolution Marocaine

Le Chant des tortues une révolution Marocaine

Des jeunes, qu’on disait dépolitisés, mous, sans idéaux, vont, sous la bannière du « mouvement du 20 février », réussir à faire sortir dans la rue plusieurs centaines de milliers de Marocains, tous habités par l’exigence de la dignité, de la liberté, de la justice et du refus de la peur.

Alerte verte : les Damnés de la mer

Alerte verte : les Damnés de la mer

Par milliers, les pêcheurs marocains d'Essaouira, de Safi, d'Agadir s'exilent vers le sud à Dakhla dans le Sahara pour tenter une bonne pêche, qui s'avère souvent infernale. En arrière plan, le mouvement incessant de chalutiers étrangers traînant derrière eux la mort de tout un écosystème.

El Ejido - La loi du profit

El Ejido - La loi du profit

Autrefois déserte, la région d’Almeria, dans le sud de l’Espagne, produit aujourd’hui un tiers de la consommation européenne hivernale des fruits et légumes et engrange les deux tiers des profits agricoles du pays. Un « miracle économique » sous serre qui repose sur le travail de près de 80.000 immigrés, pour moitié des sans-papiers.