Logo-play

Philippe Baron

Philippe Baron

Philippe Baron réalise depuis une vingtaine d’années des documentaires pour France Télévisions et Arte. Ses films dressent des portraits engagés de personnages en marge ou hors-normes, en partageant leurs vies pendant de longs mois. Vie de SDF dans Les habitants du tunnel (1996), de ministre dans Voynet au risque du pouvoir (1998), d’homosexuels en quête de paternité dans Deux papas à Manhattan (2006) ou de transsexuel dans Andréa née à 35 ans (2001). Baron aime aussi filmer au coin de sa rue, en abordant des enjeux d’urbanisme au plus près de chez lui à Paris dans Babelville (primé au Cinéma du Réel en 1993) ou en Bretagne dans Rue des Mésanges (2002). C’est encore le quotidien d’une rue qu’il filme en 1994 en Bosnie, dans les conditions dramatiques d’une ville assiégée, au sein du collectif de Chaque jour pour Sarajevo (primé à Locarno en 1995). Historien de formation, il s’est également essayé au genre du documentaire historique avec des lms remarqués comme Première Passion (Focal Award à Londres en 2011), Un village sans dimanche (Étoile de la Scam 2013) ou L’or rouge (mention spéciale aux Rencontres historiques de Blois en 2015). Queffélec, les mots, l'Océan est son premier portrait d’écrivain.

en savoir plus...

Logo-play

Films de Philippe Baron

3 Films
À table !

À table !

Sur un ton léger, À table ! nous emmène dans un voyage ludique au pays de nos rituels de table, pour comprendre ce qui se joue derrière l’institution du repas, ce qui change d’une génération à l’autre, ce qui constitue une culture commune.

Pas à pas

Pas à pas

La randonnée pédestre attire de plus en plus d’adeptes. Pourquoi marche-t-on ? Aventure physique ou aventure spirituelle ? Marche vers soi-même ou vers les autres ? Besoin de mettre ses pas dans ceux de l’histoire ?

Quartiers d'hiver à cheval city

Quartiers d'hiver à cheval city

Chronique de Grosbois, village qui voit sa population doubler et le nombre de ses chevaux quadrupler à l'approche du meeting d'hiver de Vincennes. Qu'ils soient saisonniers ou permanents, 60 familles et 1500 trotteurs cohabitent alors aux abords du centre d'entraînement.