Mémoire de sauvageons (52 mn)

C’était en 1950. Un foyer est créé à Vitry-sur-Seine, un foyer de semi lib­erté pour accueil­lir 20 à 30 mineurs. Jeunes en dan­ger, ou jeunes car­ac­tériels ayant com­mis des actes de délin­quance. Très vite, le foyer de Vitry, par sa philoso­phie, ses méth­odes, va devenir un cen­tre à part. Sous l’impulsion de son directeur, il se veut un lieu d’épanouissement et de lib­erté.
Stanis­las Tomkiewicz, psy­chi­a­tre à la renom­mée inter­na­tionale vien­dra y tra­vailler pen­dant 23 ans au nom d’une cer­taine vision de l’homme.
Pour lui, un jeune agres­sif est d’abord un jeune qui souf­fre. Il faut donc l’aider à se réc­on­cilier avec lui-même grâce à des moyens d’expression comme le dessin, la photo, le socio­drame… grâce aussi à la psy­chothérapie. Plus tard arrive le cinéma. Les jeunes écrivent des his­toires, se fil­ment.
Pen­dant 30 ans, plus de 300 jeunes sont passés par Vitry. C’est leur his­toire que nous racon­tons. L’histoire de mal par­tis qui arrivent quelque part.

Location 48h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Le DVD : 14,00 € Memoiredesauvageons_jaq_small
Acheter le DVD
Délai de livraison indicatif : 5 jours ouvrables
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)
Pour la première fois les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes.

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)

1987-1994 : « Paris nous appartenait, tout était possible… ». Pour la première fois, les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes. Quand l’Histoire ( des raves parties, du hip hop, du punk hardcore …) rencontre les histoires de Pat Ca$h, Gatsby de la fin 80.

Les glaneurs et la glaneuse
Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ».

Les glaneurs et la glaneuse

Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ». Par nécessité, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant.

Paris est une fête
Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains.

Paris est une fête

Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains traversés par un « jeune mineur étranger isolé », les attentats, les roses blanches, l’état d’urgence…, le silence, et la joie…, rien que la joie.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales