Je veux qu'on m'aide (52 mn)

« Je veux qu'on m'aide » est un appel au secours, un cri de désespoir qui retentit dans un huis-clos où situation après situation, l'émotion nous habite et nous maintient dans une relation d'empathie forte avec les personnes qui poussent la porte du bureau de Colette Lefèbvre.
Le film compose une mosaïque de dix rencontres intimes, il invite à l'écoute et interpelle sur des parcours de vie parfois si chaotiques. Le travailleur social exerce ses fonctions dans un commissariat de police de l'ouest parisien.
Pendant près d'un an, la réalisatrice a posé son regard sur le quotidien de Mme Lefèbvre, investie dans l'aide aux personnes. De cette immersion, est né « Je veux qu'on m'aide », un documentaire vérité, emprunt d'humanité qui témoigne à la fois de l'implication professionnelle de cette femme et de sa juste compassion vis-à-vis des personnes en détresse.

Location 48h (VOD): 3,90 € Gift Louer le film
Le DVD : 21,00 € Jaquette_je_veux_qu_on_m_aide_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)
Pour la première fois les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes.

Ex-TAZ Citizen Ca$h (1987-1994)

1987-1994 : « Paris nous appartenait, tout était possible… ». Pour la première fois, les 90s vues de l’intérieur par ses acteurs et activistes. Quand l’Histoire ( des raves parties, du hip hop, du punk hardcore …) rencontre les histoires de Pat Ca$h, Gatsby de la fin 80.

Les glaneurs et la glaneuse
Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ».

Les glaneurs et la glaneuse

Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, « récupereurs », « ramasseurs » et « trouvailleurs ». Par nécessité, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant.

Paris est une fête
Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains.

Paris est une fête

Un film poème en 18 vagues, comme autant de scènes pour décrire Paris et ses paysages urbains traversés par un « jeune mineur étranger isolé », les attentats, les roses blanches, l’état d’urgence…, le silence, et la joie…, rien que la joie.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales