Le temps que tout ça prends (50 mn)

Le collège A. Doucet, à Nanterre, abrite dans ses locaux une section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA). Les douze adolescents d'une classe de cette section voient leur semaine rythmée par deux jours d'apprentissage et trois jours de classe. De ces activités, se dégagent une gestuelle et un langage auxquels corps et pensée doivent se "soumettre" pour répondre au modèle social établi. Leur institutrice, désireuse de leur faire découvrir autre chose, s'est adressée à une compagnie de théâtre pour leur montrer, en classe et lors d'un voyage scolaire, qu'il existe des façons plus personnelles de communiquer. Au cours des exercices de paroles qu'ils pratiquent chaque jour, affleure leur parole personnelle, poétique... Mais cette liberté nouvelle pourra-t-elle résister au quotidien qui les attend et qui risque de les renfermer dans un avenir déterminé ?

Location 48h (VOD): 3,50 € Gift Louer le film
Le DVD : 14,00 € Letempsquetoutcaprend_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Ne pas nous déranger, nous sommes en séance
Dans la grande banlieue parisienne cinq enfants en difficulté scolaire sont pris en charge par une enseignante spécialisée.

Ne pas nous déranger, nous sommes en séance

Dans la grande banlieue parisienne cinq enfants en difficulté scolaire sont pris en charge par une enseignante spécialisée. Ils expriment leurs peurs, leurs joies et leurs souffrances à l'école. Elle, elle va leur apprendre à apprendre : « Ne pas nous déranger, nous sommes en séance. »

Tu iras à Matzenheim
le film revisite l’histoire du collège Saint Joseph de Matzenheim, un mythe en Alsace.

Tu iras à Matzenheim

De juin à septembre 2003, à Matzenheim le dernier frère du collège Saint Joseph cède sa place à un directeur laïc. C’est la fin d’une histoire. Pourtant une attente s’exprime : quelque chose de cette histoire doit perdurer, « un état d’esprit, des valeurs ». À partir de cette attente, le film revisite l’histoire de Matzenheim. 

Didar
Aujourd’hui, je reviens en Iran, où je décide de conduire des ateliers auprès d’enfants des rues.

Didar

Il y a 30 ans, lorsque j’ai quitté l’Iran pour la France, j’ai emporté avec moi le conte Rouba le Renard. Adulte, je suis devenu conteur et ce conte persan s’est transformé au contact des enfants français. Aujourd’hui, je reviens à Ahwaz, la ville de mon enfance, où je décide de conduire des ateliers auprès d’enfants des rues.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales