L'image manquante (90 mn)

Rithy Panh fait revivre son enfance et sa famille détruites par les Khmers rouges. « Mon enfance, je la cherche, comme une image perdue. Ou plutôt, c’est elle qui me réclame. Est-ce parce que j’ai 50 ans ? » Ce passé qui remonte comme une vague trop forte, c’est la vie brisée d’un jeune Cambodgien de 13 ans qui, en quelques mois, sous le régime des Khmers rouges, voit disparaître la plus grande partie des siens et survit en côtoyant quotidiennement la mort et l’horreur dans des camps de travail. Mais c’est aussi le bonheur tranquille anéanti par le génocide, « le monde d’avant, de la musique, de la douceur, de la famille » , dont le souvenir n’est pas moins dangereux pour qui l’a irrémédiablement perdu. Ces images qui brûlent dans la mémoire ? le crime de masse, la maison familiale à Phnom Penh ? demeurent à jamais introuvables dans la réalité. Alors le cinéaste narrateur les fait revivre à sa manière. « Avec de la terre et de l’eau, avec les morts, les rizières, avec des mains vivantes, on fait un homme. Il suffit de pas grand-chose. Il suffit de vouloir. Son costume est blanc, sa cravate sombre. Je voudrais le tenir contre moi. C’est mon père… » Par la magie du cinéma, l’épure du commentaire, le talent d’un sculpteur, qui fait naître sous l’œil de la caméra personnages, décors et accessoires de glaise, puis les peint avec minutie, Rithy Panh parvient à évoquer, avec une émotion puissante et toujours contenue, ce qui, pour tant de rescapés, demeure indicible : les souffrances vécues jour après jour, la douleur du survivant, l’amour pour ceux qu’on a perdus. Contrepoint des images de propagande filmées par le régime, ses minuscules poupées d’argile, animées d’une étonnante humanité, restituent toute l’inhumanité des quatre années de terreur khmère rouge.
Festival de Cannes 2013 - Prix Un Certain Regard
Oscars 2014 : Nominé pour le Meilleur film en langue étrangère

Bonus : Un entretien (50 min.) de Rithy Panh et Christophe Bataille par Christophe Ono-Dit-Biot du magazine Le Point.
Langues audio : français - Sous-titres : sous-titres sourds et malentendants, français

...

Voir plus

Le DVD : 19,95 € Limagemanquante_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Un homme est mort
Le 17 avril 1950 à Brest, le drame se produit. La police, dépassée par l’ampleur d’une manifestation, tire sur la foule, et le jeune ouvrier Edouard Mazé est abattu d’une balle en pleine tête.

Un homme est mort

Brest 1950. La ville est en pleine reconstruction après les bombardements de la guerre. Le 17 avril, lors d’une manifestation, la situation avec les forces de l’ordre dégénère. La police, dépassée par l’ampleur du mouvement, tire sur la foule, et le jeune ouvrier Edouard Mazé est abattu d’une balle en pleine tête.

La Folle Entreprise, sur les pas de Jeanne Mance
Une femme de notre époque part à la recherche d’une femme du passé, Jeanne Mance (1606-1673), cofondatrice de Montréal.

La Folle Entreprise, sur les pas de Jeanne Mance

Fascinée par le destin singulier de Jeanne Mance (1606-1673), dont le rôle majeur de cofondatrice de Montréal est resté dans l’oubli, la cinéaste décide de partir à la recherche des motivations qui ont poussé une femme au XVIIème siècle à partir vers l’inconnu et à se dépasser dans un contexte hostile pour fonder une ville il y a plus de trois siècles.

Le dernier souffle, au cœur de l’Hôtel-Dieu de Montréal
Fondé par Jeanne Mance en 1642 en même temps que la ville, l’Hôtel-Dieu de Montréal est sur le point de disparaître.

Le dernier souffle, au cœur de l’Hôtel-Dieu de Montréal

Fondé par Jeanne Mance en 1642 en même temps que la ville, l’Hôtel-Dieu de Montréal est sur le point de disparaître, pour être remplacé par le nouveau CHUM. Le dernier souffle nous plonge dans un espace clos où la vie, la mort, l’amour et l’amitié se côtoient.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales