Henri Fabiani, un cinéma de convictions (38 mn)

Henri Fabiani abandonne ses études et travaille dans le cinéma dès l'âge de 17 ans : dans un premier temps, il balaie le studio où il est employé. Opérateur d'actualités à partir de 1937 et opérateur de prises de vues au Service cinématographique de l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, il devient chef de reportage à Métro Journal en 1948 et 1949. Il se fait connaître au cours des années 1950 grâce à la réalisation de plusieurs courts métrages consacrés notamment au monde du travail. 
Il tourne en 1960 son unique long métrage, Le bonheur est pour demain, interprété par Jean Martinelli, Irène Chabrier et Jacques Higelin, qui rencontre à cette occasion Henri Crolla, auteur avec Georges Delerue de la musique de ce film resté méconnu. Après cet échec commercial, Henri Fabiani se consacre à la réalisation de films documentaires, préférant « être un petit réalisateur de court métrage industriel sans prétention (...) que d'être celui qui, constamment, attend et le producteur, et la prime à la qualité, et la réponse de tel interprète... »

Location 48h (VOD): 2,90 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Le Scandale Clouzot
Faire le portrait d’Henri-Georges Clouzot, c’est faire le portrait d’un visionnaire, d’un agitateur, d’un artiste contre le système.

Le Scandale Clouzot

Avec Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Quai des orfèvresHenri-Georges Clouzot a été un maître du suspense et a su faire des névroses humaines un spectacle palpitant. S’il a influencé des cinéastes contemporains majeurs (Friedkin, Spielberg), Clouzot reste sous-considéré en France.

Con la Pata Quebrada
Une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol

Con la Pata Quebrada

Des années 30 à nos jours, une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol. Une manière aussi de revisiter l'Histoire de l'Espagne et plus particulièrement celle de l'évolution féminine.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier
Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier

Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle. Bertrand Tavernier lui rend ici un hommage appuyé, avant de s’attarder tout particulièrement sur un de ses films remarquables d’avant–guerre, Remous.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales