Parce que j'étais peintre (1h44mn)

Ce film mène une enquête inédite parmi les oeuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis.
Il dialogue avec les rares artistes déportés encore vivants et avec les conservateurs de ces oeuvres : des émotions qu'elles suscitent, de leur marginalisation, leurs signatures ou leur anonymat, de leur style, ainsi que de la représentation de l'horreur et de l'extermination.
Surtout peut-être, il contemple longuement les dessins, croquis, lavis, peintures, conservés dans les fonds en France, en Allemagne, en Israël, en Pologne, en Tchéquie, en Belgique, en Suisse...
Dans ce voyage parmi ces fragments d'images clandestines et les ruines des anciens camps, il propose une quête sensible entre visages, corps et paysages, pour questionner la notion d'oeuvre et interroger frontalement l'idée de beauté.
L'enjeu en est dérangeant, mais peut-être ainsi pourrons-nous mieux nous figurer ce que furent ces camps, appréhender les possibles de l'art et éprouver ce qu'est l'honneur d'un artiste - aussi infime et fragile que soit le geste de dessiner.
Avec les artistes Yehuda Bacon, José Fosty, Walter Spitzer, Samuel Willenberg et Krystyna Zaorska
«  Subtil, sensible, délicat » Les Inrockuptibles
«  Elégant et rigoureux » Le Monde
«  Sobre et précis » CinéTéléObs
«  Immense, inédit, bouleversant » Les Fiches du cinéma
Suppléments : Quand nos yeux sont fermés, l'art clandestin à Buchenwald un film de Christophe Cognet (Documentaire, 2005, 54 min) - Interview de Christophe Cognet - Livret : texte de Cyril Neyrat, liste des artistes, noms des intervenants, biographies

...

Voir plus

Le DVD : 9,85 € Parcequejetaispeintre_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

La Passeuse des Aubrais
Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs.

La Passeuse des Aubrais

Juillet 1942, une jeune femme fait passer en zone libre deux enfants, frère et sœur, orphelins, juifs. Plus de 60 ans plus tard, celui qui n’était alors qu’un petit garçon déclare que cette femme était en réalité à la solde de la Gestapo.

Après la guerre, l’Alsace-Moselle c’est la France !
La foule est en liesse lorsque Strasbourg est libérée en novembre 1944. Mais les lendemains vont ils chanter pour autant ?

Après la guerre, l’Alsace-Moselle c’est la France !

La foule est en liesse lorsque Strasbourg est libérée en novembre 1944. Mais les lendemains vont ils chanter pour autant ? Car comment effacer cinq années d’annexion ? Comment reconstruire l’Alsace et la Moselle et taire la douleur de cette région meurtrie ?

Cette lumière n'est pas celle du soleil
Cette Lumière n’est pas celle du soleil est un film sur la mémoire qui donne la parole à des résistants.

Cette lumière n'est pas celle du soleil

Un film sur la mémoire qui donne la parole à des résistants. Ses protagonistes avaient entre 15 et 20 ans lorsqu’ils se sont engagés dans le maquis. Vainqueurs modestes, à les entendre, il était moins question de courage que de nécessité : celle de s’engager pour défendre la liberté.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales