Pêche mon petit poney (43 mn)

Quatrième volume de la collection IMAGES LGBT

Le film est l’enquête que mène le réalisateur sur son petit poney en plastique rose reçu le jour de son 6ème anniversaire. Il part à la recherche du moindre indice pour tenter de savoir si ce petit poney, qu’il avait surnommé Pêche, lui était vraiment destiné. À travers ses rencontres, il découvre les codes et les stéréotypes en vigueur dans l’univers du jouet et évoque, au-delà des clichés auxquels il était associé, ce que Pêche représentait réellement pour lui. Pêche n’était pas une simple figurine à coiffer. Il était devenu un véritable confident à qui il confiait ses envies naissantes pour les garçons et ses interrogations sur la norme amoureuse.
"Prix Spécial du Jury Documentaire" au 18ème Chéries-Chéris de Paris, 2012.
"Prix du Jury du Meilleur Documentaire" au 12ème Festival International de Cinéma Gay et Lesbien de Barcelone, 2012.
"Prix du Public" et "Prix Graine de Doc" au Festival Doc En Courts - Festival du Jeune Cinéma Documentaire de Lyon

Bonus : Entretien avec Thomas Riera (5 minutes) - Le Cake d'amour de Thomas Riera (3 minutes). Un jeune prince charmant s’essaie à la fameuse recette du cake d’amour du Peau d’Âne de Jacques Demy - Mon premier Autoportrait de Thomas Riera (5 minutes). Premier autoportrait en un plan-séquence à propos de tous les événements qui apportent à l'artiste l'intime conviction et la sensation de préférer les hommes.

...

Voir plus

Le DVD : 20,00 € Pechemonpetitponey_jaq_small Article provisoirement indisponible

Sur le même thème

On dirait que...
Le métier des parents vu par leurs enfants.

On dirait que...

« On dirait que…» et l'imaginaire se met en marche. Plutôt que de jouer aux cow-boys et aux indiens, des enfants de 8 à 13 ans, fils et filles de médecins, d'agriculteurs, de gendarmes ou d'épiciers jouent devant la caméra au métier de leurs parents.

Mort(s) de la rue
Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence.

Mort(s) de la rue

Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence. Bernard était l'un d'entre eux ; figure bien connue de la ville de Bayeux, il est décédé à 46 ans «dans» et «de» la rue.

Rêves en chantier
Un petit groupe de personnes tente de faire renaître la maison Mimir, espace autogéré à Strasbourg.

Rêves en chantier

À l’origine de cette histoire, Renaud et des copains squattent une vieille maison alsacienne abandonnée. Ils la baptisent : Maison MIMIR ... et décident d’en faire un lieu social, artistique et autogéré. Ils obtiennent de la mairie de Strasbourg un bail pour 20 ans.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales