Portrait de mon père, Jacques Baratier (58 mn)

Portrait de mon père retrace la vie artistique de Jacques Baratier. Ce cinéaste français énigmatique qualifié par Godard d’Albatros, a réalisé 33 films. Aidé de sa fille, il retouche le montage d’un de ses premiers documentaires tourné en 1947. C’est l’occasion pour Diane Baratier de parcourir l'oeuvre de ce metteur en scène à l'indépendance frondeuse.
« Un jour où mon père interviewait Jean-Baptiste Thierrée, j’ai décidé de laisser tourner la caméra entre les prises, et c’est de là qu’est née l’idée du portrait. André S. Labarthe, qui dirige la collection Cinéma de notre temps, voulait produire un film sur mon père depuis longtemps. Il m’a proposé de mettre en avant la relation père-fille, ce qui n’avait jamais été fait pour la série ». Diane Baratier
«  En réalité, j'aurai aimé dessiner mes films et tourner mes tableaux. » Jacques Baratier
Bonus : Eves Futures, 1964 - 17 mn - NB - réalisé par Jacques Baratier
D’où viennent les mannequins qui habitent les vitrines de nos magasins ?

Le DVD : 14,95 € Portraitdemonperejacquesbaratier_jaq_small Article provisoirement indisponible

Sur le même thème

Le Scandale Clouzot
Faire le portrait d’Henri-Georges Clouzot, c’est faire le portrait d’un visionnaire, d’un agitateur, d’un artiste contre le système.

Le Scandale Clouzot

Avec Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Quai des orfèvresHenri-Georges Clouzot a été un maître du suspense et a su faire des névroses humaines un spectacle palpitant. S’il a influencé des cinéastes contemporains majeurs (Friedkin, Spielberg), Clouzot reste sous-considéré en France.

Con la Pata Quebrada
Une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol

Con la Pata Quebrada

Des années 30 à nos jours, une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol. Une manière aussi de revisiter l'Histoire de l'Espagne et plus particulièrement celle de l'évolution féminine.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier
Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier

Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle. Bertrand Tavernier lui rend ici un hommage appuyé, avant de s’attarder tout particulièrement sur un de ses films remarquables d’avant–guerre, Remous.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales