Petits Arrangements avec l’Amour (52 mn)

En une petite dizaine d'années, à côté des sites généralistes de rencontres, les sites communautaires ont fleuri sur la toile : juifs, musulmans, noirs, mais aussi indiens, caste par caste... Inspirée de sa propre expérience, la réalisatrice va à la rencontre de personnes qui, en cherchant l'amour, explorent le rapport complexe qu'elles entretiennent avec leur identité. A l'endroit le plus intime, là où contraintes extérieures et désir profond se rencontrent, comment et pourquoi engage-t-on son avenir affectif ?
Un film ludique, intime et universel sur la place de l'identité dans la quête amoureuse.
« Portée par une réalisation fluide et vivante, qui permet à la parole de circuler librement, cette quête laisse transparaître les enjeux complexes de sentiments se situant à la jonction d'impératifs sociaux, religieux, familiaux. En se fondant uniquement sur des témoignages intimes, et en mêlant, de manière pertinente, sa propre expérience à celle des interviewés, elle produit un document très personnel, qui parvient, pourtant, à tirer vers l'universel. » Télérama - Hélène Marzolf

Le DVD : 14,95 € Petitsarrangementsaveclamour_jaq_small
Acheter le DVD
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

On dirait que...
Le métier des parents vu par leurs enfants.

On dirait que...

« On dirait que…» et l'imaginaire se met en marche. Plutôt que de jouer aux cow-boys et aux indiens, des enfants de 8 à 13 ans, fils et filles de médecins, d'agriculteurs, de gendarmes ou d'épiciers jouent devant la caméra au métier de leurs parents.

Mort(s) de la rue
Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence.

Mort(s) de la rue

Chaque année, environ 360 sans abris meurent, non pas de froid, mais de misère, d’abandon et de violence. Bernard était l'un d'entre eux ; figure bien connue de la ville de Bayeux, il est décédé à 46 ans «dans» et «de» la rue.

Rêves en chantier
Un petit groupe de personnes tente de faire renaître la maison Mimir, espace autogéré à Strasbourg.

Rêves en chantier

À l’origine de cette histoire, Renaud et des copains squattent une vieille maison alsacienne abandonnée. Ils la baptisent : Maison MIMIR ... et décident d’en faire un lieu social, artistique et autogéré. Ils obtiennent de la mairie de Strasbourg un bail pour 20 ans.

© FilmsDocumentaires.com | Avec le soutien du CNC | Réalisation: Samuel Lebeau , Graphisme: Avantagegraphique.com | Conditions générales de ventes | Mentions légales