Par les yeux de Simone (52 mn)

Ce film nous parle de l'amour éperdu du cinéma et du rapport que l'on peut entretenir avec celui-ci quand on est devenu aveugle.
Pierre Blondeau, cinéphile averti, anime depuis 40 ans le Ciné Club Jacques Becker de Pontarlier.
Malgré la cécité qui le frappe, Pierre aime toujours autant les films et continue à les voir à travers les yeux de sa femme, Simone.
En rencontrant des réalisateurs qui connaissent Pierre Blondeau tel que Bertrand Tavernier, Robert Guédiguian et Ettore Scola, nous découvrons la relation particulière qui les lie à cet homme, pour nous plonger dans la fascination que peut exercer le cinéma et nous faire connaître une autre manière de "voir" des films.

Location 48h (VOD): 3,90 € Gift Louer le film
Payment-cb Paiement sécurisé

Sur le même thème

Le Scandale Clouzot
Faire le portrait d’Henri-Georges Clouzot, c’est faire le portrait d’un visionnaire, d’un agitateur, d’un artiste contre le système.

Le Scandale Clouzot

Avec Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Quai des orfèvresHenri-Georges Clouzot a été un maître du suspense et a su faire des névroses humaines un spectacle palpitant. S’il a influencé des cinéastes contemporains majeurs (Friedkin, Spielberg), Clouzot reste sous-considéré en France.

Con la Pata Quebrada
Une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol

Con la Pata Quebrada

Des années 30 à nos jours, une chronique sur la représentation de la femme dans le cinéma espagnol. Une manière aussi de revisiter l'Histoire de l'Espagne et plus particulièrement celle de l'évolution féminine.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier
Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle.

Edmond T. Gréville vu par Bertrand Tavernier

Figure étonnante, Edmond T. Gréville occupe une place particulière dans l’histoire du cinéma français et anglais du XXème siècle. Bertrand Tavernier lui rend ici un hommage appuyé, avant de s’attarder tout particulièrement sur un de ses films remarquables d’avant–guerre, Remous.